Chaude était ta bouche

Les Écrits des Forges annoncent la parution de Chaude était ta bouche, un premier recueil de poésie de Nicole Gagné chez l’éditeur.

La poésie de Chaude était ta bouche porte la couleur et le souffle d’une émouvante vérité. Il faut lire ici à voix basse les confidences de la narratrice. Être attentif aux nuances de l’amour qui se dissout dans propre lumière : les émotions et les sentiments où prend racine un paysage intérieur dont « le ciel se renverse toujours ». Il faut écouter la narratrice : « je veux tout connaître de ta blessure/ je veux remonter les embruns de tes os ». Le temps du poème est un séisme sans fin :

marcher affolée

dans une forêt de cendres

à l’affût du moindre effleurement

ou d’une passerelle vers ton visage 

 

arpenter un cours d’eau 

pour ne pas oublier 

ta bouche 

et tes épaules pleines

 

L’équilibre rompu de l’univers qu’on s’était construit suscite d’extrêmes interrogations. Intolérable est sa disparition dans une catastrophe où « tu me répètes/ dans l’angle mort de la mémoire ». Et intolérable, le fait d’y survivre. Voilà pourquoi :

Voir la suite dans l’onglet DESCRIPTION

$14.00 + TPS

Les Écrits des Forges annoncent la parution de Chaude était ta bouche, un premier recueil de poésie de Nicole Gagné chez l’éditeur.

La poésie de Chaude était ta bouche porte la couleur et le souffle d’une émouvante vérité. Il faut lire ici à voix basse les confidences de la narratrice. Être attentif aux nuances de l’amour qui se dissout dans propre lumière : les émotions et les sentiments où prend racine un paysage intérieur dont « le ciel se renverse toujours ». Il faut écouter la narratrice : « je veux tout connaître de ta blessure/ je veux remonter les embruns de tes os ». Le temps du poème est un séisme sans fin :

marcher affolée

dans une forêt de cendres

à l’affût du moindre effleurement

ou d’une passerelle vers ton visage 

 

arpenter un cours d’eau 

pour ne pas oublier 

ta bouche 

et tes épaules pleines

 

L’équilibre rompu de l’univers qu’on s’était construit suscite d’extrêmes interrogations. Intolérable est sa disparition dans une catastrophe où « tu me répètes/ dans l’angle mort de la mémoire ». Et intolérable, le fait d’y survivre. Voilà pourquoi :

appuyée à une ombre

je cherche le rivage   

 

que celui qui n’a jamais tremblé

sous le poids de l’obscur

aille à la poursuite des nuages

et prenne le relais

 

que celui qui n’a jamais gémi

sur un amour en allé

ose le ravissement des premiers émois

 

que ceux qui n’ont jamais rêvé

de ce feu qui consume 

me parlent de brûlures

Nicole Gagné est née à Montréal et y réside toujours. Entre 2002 et 2006, elle a reçu plusieurs prix littéraires. Sa suite La lenteur du désert, qui a obtenu la mention du jury au prix Piché de Poésie (2002), a été publiée dans le recueil Poèmes du lendemain11 aux Écrits des Forges. En 2006, elle a fait paraître aux Éditions du Vermillon un recueil de poésie intitulé : Sunday Nights Blues et autres brumes. Elle a également publié des poèmes et des haïkus  dans plusieurs revues et  anthologies. 

ISBN : 978-2-89645-300-9
PUBLICATION : 2015-10-01
LANGUE : français
PAGES : 64
DIMENSIONS : 17,2 x 11,4 x 0,4
STATUT : Disponible