Des noirceurs du corps

Auteur de 3 romans (aux Éditions de L’Hexagone) et de 6 recueils de poèmes (aux Écrits des Forges). Publié dans plusieurs anthologies de poésie québécoise. Participation à de nombreuses revues littéraires québécoises. Lauréat du Prix littéraire de Trois-Rivières en 1991, finaliste pour le Prix Émile-Nelligan en 1985 et Finaliste pour le Prix littéraire de Trois-Rivières en 1994. Concepteur et organisateur de spectacles de poésie. Travail de création-collage avec musiciens et metteurs en scène, illustrateurs et photographes. Textes et mise en scène, conception générale de La Mer-Histoire, Piscine du Cegep de Trois-Rivières les 23 et 24 octobre 1993. (Extraits diffusés à Radio-Canada : « On aura tout vu ». Six fois boursier du Ministère des Affaires culturelles du Québec pour le soutien à la création. Bourses de lectures publiques du Conseil des Arts du Canada et professeur au Cegep de Trois-Rivières.

« Le soir vide ses tiroirs
dans la ville mémoire aux lèvres fanées
de dos te reviennent les souvenirs
les rêves d’encre de tes vieux livres »

 

 

$10.00 + TPS

Description

Auteur de 3 romans (aux Éditions de L’Hexagone) et de 6 recueils de poèmes (aux Écrits des Forges). Publié dans plusieurs anthologies de poésie québécoise. Participation à de nombreuses revues littéraires québécoises. Lauréat du Prix littéraire de Trois-Rivières en 1991, finaliste pour le Prix Émile-Nelligan en 1985 et Finaliste pour le Prix littéraire de Trois-Rivières en 1994. Concepteur et organisateur de spectacles de poésie. Travail de création-collage avec musiciens et metteurs en scène, illustrateurs et photographes. Textes et mise en scène, conception générale de La Mer-Histoire, Piscine du Cegep de Trois-Rivières les 23 et 24 octobre 1993. (Extraits diffusés à Radio-Canada : « On aura tout vu ». Six fois boursier du Ministère des Affaires culturelles du Québec pour le soutien à la création. Bourses de lectures publiques du Conseil des Arts du Canada et professeur au Cegep de Trois-Rivières.

« Le soir vide ses tiroirs
dans la ville mémoire aux lèvres fanées
de dos te reviennent les souvenirs
les rêves d’encre de tes vieux livres »