Les anges en transit

Les anges en transit, récits poétiques où l’imaginaire et la réalité côtoient l’émerveillement, et où le passage d’anges à moitié humains transcende la conscience du voyageur et lui fait découvrir une autre dimension du réel.

Après 5 ans de travail, je réalise que j’ai dû me transformer en chercheur d’or afin de libérer ce recueil si bien enfoui dans le silence et dans l’encre invisible de la création. Les anges en transit sont pour moi l’aboutissement d’un merveilleux séjour dans l’univers du visible et de l’invisible.

J’espère qu’en tant que lecteur, vous oserez passer à travers le miroir… sans avoir peur ni du bruit qu’il fait en éclatant, ni des éclats de verre qui revolent partout!!! On se revoit de l’autre côté, à bientôt!!!
 

Dyane Léger

2927 avenue Lepage… le 9 avril…

« Dès mon arrivée, j’apprends que la note épinglée sur le moustiquaire n’est pas une liste d’épicerie pour les ramasseux de bouteilles, mais un bouquet de mots, tel un soupçon de présence, laissé derrière soi.

Semer le doute. Distraire l’agresseur. « Très important », insiste l’écrivain en m’offrant la clé. »

 

$10.00 + TPS

Description

Les anges en transit, récits poétiques où l’imaginaire et la réalité côtoient l’émerveillement, et où le passage d’anges à moitié humains transcende la conscience du voyageur et lui fait découvrir une autre dimension du réel.

Après 5 ans de travail, je réalise que j’ai dû me transformer en chercheur d’or afin de libérer ce recueil si bien enfoui dans le silence et dans l’encre invisible de la création. Les anges en transit sont pour moi l’aboutissement d’un merveilleux séjour dans l’univers du visible et de l’invisible.

J’espère qu’en tant que lecteur, vous oserez passer à travers le miroir… sans avoir peur ni du bruit qu’il fait en éclatant, ni des éclats de verre qui revolent partout!!! On se revoit de l’autre côté, à bientôt!!!
 

Dyane Léger

2927 avenue Lepage… le 9 avril…

« Dès mon arrivée, j’apprends que la note épinglée sur le moustiquaire n’est pas une liste d’épicerie pour les ramasseux de bouteilles, mais un bouquet de mots, tel un soupçon de présence, laissé derrière soi.

Semer le doute. Distraire l’agresseur. « Très important », insiste l’écrivain en m’offrant la clé. »