Tentative d’un cadastre amoureux

Dans sa préface à Une voix, André Dhôtel a écrit : … « un jaillissement de mots aimés, de phrases simples et précises qui soudain éclairent le chaos », et Raymond Queneau, dans G,-E. Clancier (« Poètes d’aujourd’hui ») : « L’obscure clarté qui tombe des étoiles cornéliennes et les énigmatiques évidences qui forment la substance des contes du fils Perrault, on les retrouve tout au long de l’histoire de la littérature française, c’est une source qui resurgit avec violence dans l’œuvre de Nerval, c’est la même source qui donne à la poésie de Georges-Emmanuel Clancier ses qualités limpides et opaques, son élaboration d’un terroir dont il semble retrouver les prolongements indéfinis aussi bien vers un avenir incommensurable que vers un passé préhistorique et toujours présent. »

« Ce dernier carré
A l’imposture des jours
Saura-t-il résister ?
Carré de vigne et de vigie
Pour nous donner
Quelque ivresse ultime. »

 

 

$10.00 + TPS

Description

Dans sa préface à Une voix, André Dhôtel a écrit : … « un jaillissement de mots aimés, de phrases simples et précises qui soudain éclairent le chaos », et Raymond Queneau, dans G,-E. Clancier (« Poètes d’aujourd’hui ») : « L’obscure clarté qui tombe des étoiles cornéliennes et les énigmatiques évidences qui forment la substance des contes du fils Perrault, on les retrouve tout au long de l’histoire de la littérature française, c’est une source qui resurgit avec violence dans l’œuvre de Nerval, c’est la même source qui donne à la poésie de Georges-Emmanuel Clancier ses qualités limpides et opaques, son élaboration d’un terroir dont il semble retrouver les prolongements indéfinis aussi bien vers un avenir incommensurable que vers un passé préhistorique et toujours présent. »

« Ce dernier carré
A l’imposture des jours
Saura-t-il résister ?
Carré de vigne et de vigie
Pour nous donner
Quelque ivresse ultime. »