Les chants

Au cours des quarante-quatre dernières années, Pierre Chatillon a patiemment élaboré une œuvre littéraire comptant une vingtaine d’ouvrages poétiques et narratifs. Il a toujours su y faire preuve d’une grande cohérence, et ce, autant sur le plan d’un amour jamais démenti pour la nature québécoise que sur celui du choix d’une écriture simple, maîtrisée, par laquelle il cherche à mettre en valeur les images qu’il multiplie parce qu’elles sont le cœur battant de sa poétique, ce par quoi il réussit à nous faire voir le monde comme nous ne l’avions jamais vu auparavant.

Avec Les chants, Chatillon publie un recueil répondant au livre qui fut le premier de son œuvre, Les cris (1957). Il s’agit d’un ouvrage où la célébration du monde et de ses beautés remplace la révolte contre le mal de vivre du pays. Le poète y a dix-sept ans pour la seconde fois, mais il n’est plus hanté par la colère que provoquaient alors chez lui les interdits d’ordre religieux et la situation sociopolitique du Québec.

Ces chants son ceux d’un homme qui sent venir le terme de sa vie et qui a compris qu’il n’a plus à craindre de la mort. Fils de la nature, de l’union du soleil et de l’eau, il échappera aux mains griffues des morts qui vous saisissent par la cheville pour vous tirer sous terre. Pour lui, la fin ne peut être autre chose qu’un retour à l’harmonie première, qu’une participation nouvelle au monde : «lisez-moi dans le vol d’un oiseau / et je vous parlerai de liberté / […] lisez-moi sur la neige / dans les pistes rousses d’un renard / et je parlerai de la fourrure du feu / […] lisez-moi dans la flamme d’une bougie / et je vous parlerai de son combat / fragile contre la nuit».

«Les oiseaux ce matin
sont les paroles qui s’envolent
de l’arbre en fleurs de mon cœur
aujourd’hui je suis guéri
du mal de vivre de mon pays
je recommence ma vie
je compose aujourd’hui le poème
que je voulais écrire à dix-sept»

 

 

$10.00 + TPS

Au cours des quarante-quatre dernières années, Pierre Chatillon a patiemment élaboré une œuvre littéraire comptant une vingtaine d’ouvrages poétiques et narratifs. Il a toujours su y faire preuve d’une grande cohérence, et ce, autant sur le plan d’un amour jamais démenti pour la nature québécoise que sur celui du choix d’une écriture simple, maîtrisée, par laquelle il cherche à mettre en valeur les images qu’il multiplie parce qu’elles sont le cœur battant de sa poétique, ce par quoi il réussit à nous faire voir le monde comme nous ne l’avions jamais vu auparavant.

Avec Les chants, Chatillon publie un recueil répondant au livre qui fut le premier de son œuvre, Les cris (1957). Il s’agit d’un ouvrage où la célébration du monde et de ses beautés remplace la révolte contre le mal de vivre du pays. Le poète y a dix-sept ans pour la seconde fois, mais il n’est plus hanté par la colère que provoquaient alors chez lui les interdits d’ordre religieux et la situation sociopolitique du Québec.

Ces chants son ceux d’un homme qui sent venir le terme de sa vie et qui a compris qu’il n’a plus à craindre de la mort. Fils de la nature, de l’union du soleil et de l’eau, il échappera aux mains griffues des morts qui vous saisissent par la cheville pour vous tirer sous terre. Pour lui, la fin ne peut être autre chose qu’un retour à l’harmonie première, qu’une participation nouvelle au monde : «lisez-moi dans le vol d’un oiseau / et je vous parlerai de liberté / […] lisez-moi sur la neige / dans les pistes rousses d’un renard / et je parlerai de la fourrure du feu / […] lisez-moi dans la flamme d’une bougie / et je vous parlerai de son combat / fragile contre la nuit».

«Les oiseaux ce matin
sont les paroles qui s’envolent
de l’arbre en fleurs de mon cœur
aujourd’hui je suis guéri
du mal de vivre de mon pays
je recommence ma vie
je compose aujourd’hui le poème
que je voulais écrire à dix-sept»

 

 

Poète et musicien, Pierre Chatillon, est l’auteur d’une œuvre abondante. En plus de nombreux recueils de poésie, de romans, de nouvelles et d’essais, il a écrit son autobiographie intitulée Le château de sable, parue en 2005. D’autre part, il a créé deux parcs littéraires, L’arbre de mots, à Nicolet, et Les oiseaux-poèmes, à Bécancour.

Entre autres prix, Pierre Chatillon a reçu le Prix Lionel-Groulx pour l’ensemble de son œuvre, le Prix Adagio du Salon du livre de Trois-Rivières et le Prix d’excellence en littérature, décerné par le Conseil de développement de la culture du Centre-du-Québec.

Parmi ses recueils de poésie parus aux Écrits des Forges, retenons : Les ailes de la mer (2006) et les rééditions de Les cris (2013) et Le mangeur de neige (2012). Sa poésie a été fréquemment traduite.

ISBN : 2-89046-655-8
PUBLICATION : 2001-01-01
LANGUE : français
PAGES : 108
DIMENSIONS : 12,8 x 20,3 x 0,7
STATUT : Disponible