Mauve chaconne

Mauve chaconne réunit un florilège des œuvres du poète montréalais. On y retrouve Mauve chaconne, initialement paru dans le recueil intituléAu milieu du vacarme (2002); Engoulevents, paru en 2000, etLueur dans l’œil pendant qu’il cligne, intégré au recueil éponyme publié par les éditions Trait d’union en 2000 également.

mes yeux rêvent

le cœur mythomane arrête le temps

imaginaire et réalité se discréditent

en moi       la raison chasse le panorama

Poèmes de l’intimité, explorant entre autres les liens entre paternité, filiation, amour et famille, ce dernier terme pris dans son acceptation la plus large, les œuvres ici réunies témoignent aussi, en corollaire, d’une recherche sur soi-même dans le cadre de l’élaboration d’un monde personnel qui se définit à mesure que le poète interroge et se remet en question.

Ouverte, la poésie de Stéphane Despatie invite à la magie des images issues du quotidien. Rendues sous un angle original qui en rehausse le caractère singulier, celles-ci forcent le lecteur à la relecture et, de ce fait, comme le poète lorsqu’il écrit, à la réflexion partagée :

Voir la suite dans l’onglet DESCRIPTION

 

$15.00 + TPS

Mauve chaconne réunit un florilège des œuvres du poète montréalais. On y retrouve Mauve chaconne, initialement paru dans le recueil intituléAu milieu du vacarme (2002); Engoulevents, paru en 2000, etLueur dans l’œil pendant qu’il cligne, intégré au recueil éponyme publié par les éditions Trait d’union en 2000 également.

mes yeux rêvent

le cœur mythomane arrête le temps

imaginaire et réalité se discréditent

en moi       la raison chasse le panorama

Poèmes de l’intimité, explorant entre autres les liens entre paternité, filiation, amour et famille, ce dernier terme pris dans son acceptation la plus large, les œuvres ici réunies témoignent aussi, en corollaire, d’une recherche sur soi-même dans le cadre de l’élaboration d’un monde personnel qui se définit à mesure que le poète interroge et se remet en question.

Ouverte, la poésie de Stéphane Despatie invite à la magie des images issues du quotidien. Rendues sous un angle original qui en rehausse le caractère singulier, celles-ci forcent le lecteur à la relecture et, de ce fait, comme le poète lorsqu’il écrit, à la réflexion partagée :

sur quelle terre des miettes d’infini tombent

des ruines font semailles et cartes de sages

les mots des autres m’illuminent

piller ce qu’éclaire le nouveau croissant de lune

 

 

 

 

Depuis qu’il a été éditeur de la revue Entracte dans les années 1990, Stéphane Despatie a participé à la vie littéraire et culturelle à plus d’un titre, soit, entre autres, en tant que chroniqueur littéraire et théâtral, directeur d’une collection de poésie, organisateur et animateur de lectures publiques, quand il n’y participait pas lui-même. Membre fondateur du Marché de la poésie de Montréal, il est directeur de la revue de poésie Exit depuis plusieurs années. Parmi ses autres recueils de poésie, retenons Aroma del puentes/L’odeur des ponts (2004),Ce qu’il reste de nous (2006) et Ceux-là (2008), tous parus aux Écrits des Forges.

ISBN : 978-2-89645-215-6
PUBLICATION : 2012-01-01
LANGUE : français
PAGES : 154
DIMENSIONS : 10,1 x 17,8 x 1,0
STATUT : Disponible