Sur l’échiquier en émoi

Poète et professeure, France Boucher a collaboré aux revues littéraires Silences, brèves littéraires, Estuaire et Arcade, de même qu’à l’Anthologie des poètes de Terpsichore (Meulan, France). Elle participe régulièrement à des lectures publiques.

Le troisième recueil de France Boucher, Sur l’échiquier en émoi, est divisé en deux parties intitulées Au coeur de la débâcle et Des lendemains aux flambeaux. Ces deux long poèmes reprennent et poursuivent les intérêts de l’auteure pour une poésie lumineuse, apparemment toute en douceur et en humour, qui traite d’une façon intime des grandes questions qui sont au coeur des préoccupations de la planète entière à l’heure actuelle et, au premier chef, la guerre.

Se relaçant l’une l’autre, les deux suites poétiques situent le recueil « à la frontière de l’envol », là où « surgissent / côte à côte / les pages nues / la pellicule interdite ».

Des conflits de toutes sortes font irruption « à la jointure du cœur et du corps »; ce sont des tensions qui minent les rapports humains, qu’il s’agisse d’individus ou de peuples, aujourd’hui ou dans l’histoire. Depuis l’intimité la plus secrète, la poésie de France Boucher parle de ces guerres, elle en témoigne; puisque «la planète a perdu son innocence», « je gifle le silence », écrit la poète.

Dès lors, il faut dénoncer, mais aussi agir. Ainsi, prévient Boucher, « nous modelons la révolte, sans bruit ».

« je gifle le silence

l’écho tend l’autre joue

paupières moqueuses »

 

$10.00 + TPS

Poète et professeure, France Boucher a collaboré aux revues littéraires Silences, brèves littéraires, Estuaire et Arcade, de même qu’à l’Anthologie des poètes de Terpsichore (Meulan, France). Elle participe régulièrement à des lectures publiques.

Le troisième recueil de France Boucher, Sur l’échiquier en émoi, est divisé en deux parties intitulées Au coeur de la débâcle et Des lendemains aux flambeaux. Ces deux long poèmes reprennent et poursuivent les intérêts de l’auteure pour une poésie lumineuse, apparemment toute en douceur et en humour, qui traite d’une façon intime des grandes questions qui sont au coeur des préoccupations de la planète entière à l’heure actuelle et, au premier chef, la guerre.

Se relaçant l’une l’autre, les deux suites poétiques situent le recueil « à la frontière de l’envol », là où « surgissent / côte à côte / les pages nues / la pellicule interdite ».

Des conflits de toutes sortes font irruption « à la jointure du cœur et du corps »; ce sont des tensions qui minent les rapports humains, qu’il s’agisse d’individus ou de peuples, aujourd’hui ou dans l’histoire. Depuis l’intimité la plus secrète, la poésie de France Boucher parle de ces guerres, elle en témoigne; puisque «la planète a perdu son innocence», « je gifle le silence », écrit la poète.

Dès lors, il faut dénoncer, mais aussi agir. Ainsi, prévient Boucher, « nous modelons la révolte, sans bruit ».

« je gifle le silence

l’écho tend l’autre joue

paupières moqueuses »

 

France Boucher, poète originaire des Basses-Laurentides, vit à Montréal.

Depuis 1989, elle fait paraître des chroniques littéraires et des poèmes en revues, notamment Arcade, Autre Sud,Estuaire, La Poésie au Québec, Les cahiers de la femme /Canadian Woman Studies –Université de TorontoMoebius.Elle participe à diverses anthologies au Québec et en France, dont en 2012, Instants de vertige (Point de fuite) et Pas d'ici, pas d'ailleurs. Anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines (Voix d'encre), puis en 2014, au livre d'artiste L'antichambre céleste, Les jardins de la Maison Antoine-Lacombe (Création Bell'Arte). Elle participe aussi à des lectures, notamment au Festival international de la Poésie à Trois-Rivières.

Depuis Le temps au passage (1998), son premier recueil aux Écrits des Forges, elle publie tous ses livres chez cet éditeur, dont Le jour autrement (2011), Torbellino de deseos/ Tournoiement des désirs (2007) en coédition avec l’éditeur mexicain Mantis Editores, Sur l’échiquier en émoi (2003) en coédition avec l'éditeur français Le Temps des CerisesSi je devenais nuage. Anthologie à découvrir et à colorier (2010) en collaboration avec l'essayiste Christine Tellier.  Elle codirige  avec cette dernière, en 2004, le numéro de la revue Arcade sur Le Sacré.  De 2001 à 2010, elle collabore annuellement aux Donneursfoyers d'écriture publique dans Lanaudière.

ISBN : 2-89046-800-3
PUBLICATION : 2003-01-01
LANGUE : français
PAGES : 72
DIMENSIONS : 12,8 x 20,3 x 0,6
STATUT : Disponible